Tu seras un écrivain, mon pote !

Charte de l'auteur

Charte de l’auteur

Tu seras un écrivain, mon pote !

Si tu peux voir détruit le manuscrit de ta vie, Et sans dire un seul mot te mettre à le réécrire,

Ou perdre en un seul avis l’illusion de cent commentaires

Sans esquisser le moindre doigt d’honneur et sans rugir, Si tu peux être poète sans être fou du verbe,

Si tu peux être créatif sans cesser d’être humble,

Et, te sentant humilié, sans humilier à ton tour, Pourtant te mettre à refaire et à te corriger ;

Si tu peux supporter de voir tes écrits

Travestis par des envieux pour séduire des paresseux,

Et d’entendre déblatérer sur toi leurs bouches molles, Sans pour autant dénigrer toi-même d’un seul mot ; Si tu peux rester bienveillant en étant populaire,

Si tu peux rester indé en conseillant les ténors, Et si tu peux aimer tous les auteurs en frères,

Sans qu’aucun parmi eux ne devienne une icône pour toi ;

Si tu sais réfléchir, capter et comprendre, Sans jamais devenir pédant ou subversif,

Rêver, mais sans imposer ton délire aux autres,

Concevoir et formuler, sans n’être qu’un suiveur,

Si tu peux être exigeant sans jamais être dogmatique, Si tu peux être sévère et jamais impitoyable,

Si tu peux être philanthrope, si tu sais être disponible, Mais sans être jamais ni invasif ni superficiel,

Si tu peux rencontrer notoriété après diffamation

Et recevoir ces deux menteurs d’un même tact

Si tu peux conserver ton envie et ton libre-arbitre

Au moment même où tous les plagiaires les perdront,

Alors les Lecteurs, les Éditeurs, les chroniqueurs et les blogueurs

Seront à tout jamais tes serviteurs

Mais, ce qui vaut bien mieux que cette illusion,

Tu seras un écrivain, mon pote !

(C’est pas gagné l’histoire…)

Hubert Letiers d’après Rudyard Kipling, qui je l’espère ne m’en voudra pas…